Jeffrey Cross
Jeffrey Cross

Zero to Maker: s'expliquer

David Lang, un fabricant peu enthousiaste, est en voyage, se plongeant intensément dans la culture du fabricant et apprenant le plus grand nombre de compétences en matière de bricolage, grâce à un arrangement généreux avec nos amis de TechShop. Il fait régulièrement la chronique de ses efforts dans cette rubrique - ce qu’il apprend, ce qu’il rencontre, et quels obstacles il élimine (euh… ou pas). –Gareth

Les vacances. Rien de tel qu’un peu de temps en famille pour vous donner une évaluation honnête de vous-même. Mon expérience de la semaine passée a été particulièrement éclairante.

Ayant vécu dans le pays avec ma famille pendant de nombreuses années, les vacances ont toujours nécessité de nombreuses explications sur ce que je préparais. Cette année, j’ai eu le défi unique d’essayer d’expliquer ma quête pour commencer à faire des choses. Je me suis rendu compte de la complexité de cette question lorsque, en référence à la Zéro à fabricant colonne, mon plus jeune frère m’a demandé: «Alors, David, comment va ton écriture?

«Ca se passe plutôt bien!» Répondis-je, vraiment excité qu’il ait pris note de ce que je faisais, «j’apprends vraiment beaucoup et je profite du processus. Avez-vous lu les mises à jour?

"Oui, ils sont vraiment bons," répondit-il. Il avait un ton agréablement surpris et légèrement impressionné dans sa voix.

"Sensationnel. Merci mec. Avez-vous lu le dernier article sur le projet parallèle sur lequel je travaillais? »Ai-je demandé. J'étais vraiment curieux. Je ne reçois pas beaucoup de commentaires à ce sujet, en particulier de la part de personnes extérieures à la communauté de MAKE, alors je voulais vraiment profiter de cette occasion.

"Euh ... Non, je n'ai pas encore lu celui-là." Répondit-il.

La confiance s'est vidée de sa voix. J'ai senti qu'il avait peut-être bluffé avec son enthousiasme pour mon écriture, alors je l'ai pressé: «Je vois. Alors, lesquels avez-vous lu?

“Bien… pour être honnête, je ne les ai pas lues récemment. J'essaie de les lire. C’est juste que, parfois, vous commencez à avoir des problèmes techniques et vous me perdez.

Intéressant. Trop technique? Je n’avais pas vraiment pensé à ça. Bien sûr, il aurait pu en tirer une excuse, mais j’ai pensé que c’était suffisamment valable pour que nous puissions approfondir nos recherches. J'ai demandé à ma mère ce qu'elle pensait et elle aussi, qu'il y avait trop de jargon de créateur à suivre.

C'était un peu un coup dur. Ce n’est pas énorme, bien que je sois assez habitué à être la personne la moins informée dans la salle, mais j’ai pensé que c’était quelque chose sur lequel je pourrais travailler. En tant que nouveau fabricant qui a eu le privilège d’avoir une tournée aussi intense et effrénée du monde des fabricants, je devrais faire un meilleur travail pour traduire cette expérience à d’autres nouveaux fabricants.

J'ai repensé à mon voyage au cours des derniers mois. J'ai regardé mon premier message et ensuite comparé avec le plus récent. Mon frère et ma mère avaient raison. Mon ton et le choix des mots avaient changé. Les choses qui me semblent évidentes maintenant - ce que «CAD» ou «CNC» signifie ou que je peux couper l’acrylique à la découpe vectorielle avec un cutter au laser, mais qu’il faut un jet d’eau pour couper le métal, sont les mêmes choses que le pré-fabricant me dirait. ont été trébuché. Je me suis demandé quelle part de ce que j’avais appris pouvait être attribuée à une meilleure compréhension du vocabulaire.

Avant de commencer cette chronique et mon cours intensif, je faisais encore attention. Je suis allée chez quelques créateurs et j'ai lu le site Web MAKE. Alors même alors, je commençais à me familiariser avec le jargon. Je repensais à la première fois que j'avais entendu parler de Maker Faire en 2009 - de la conversation spécifique et de la recommandation d'y assister. Je ne comprenais pas ce que «fabricant» voulait dire. J'ai dû demander deux fois. Et maintenant, c’est moi qui répète et explique ce qu’est un Maker Faire. Peu importe le nombre de fois où j'essaye, je ne parviens jamais à en saisir la magie. C’est toujours quelque chose que je pense que vous devez voir pour comprendre.

Il s’avère que «make» est le 69ème mot le plus utilisé en anglais. Le mot signifie quelque chose de complètement différent pour moi par rapport à 2009. Je dois expliquer plus efficacement cette nouvelle définition.

Alors, ma question à vous tous est: comment définissez-vous «faire?

En savoir plus: suivez le parcours de David’s Zero to Maker

Part

Laisser Un Commentaire