Jeffrey Cross
Jeffrey Cross

Le cadeau de faire: ma nouvelle passerelle en brique

Pour mon anniversaire cette année, j’ai offert un des cadeaux les plus précieux que j’ai jamais eu: le cadeau de faire. J'habite dans une cabane dans les bois du nord de la Californie et j'ai un coin de terre sur le côté de ma porte qui se transforme en une immense vasière en hiver lorsque commence la saison des pluies. En été, c’est le côté ombragé de la maison. Mon chiot Sugar a donc creusé un trou dans lequel il peut rester au frais. Pas cool. Je suis tout à fait en faveur de la vie rustique, mais c’était un peu trop.

Ma chère amie Karen m'a offert une passerelle en briques pour mon anniversaire. Plus précisément, son cadeau consistait à obtenir tous les matériaux, à les apporter chez moi et à m'apprendre à poser une passerelle. Karen a fait son premier passage il y a 10 ans et proposait de partager cette connaissance avec moi. La photo ci-dessus montre à quel point nous avons démarré le projet le week-end. Ce n’est donc pas encore terminé, mais c’est un bon début.

Voici à quoi ressemblait la région avant les briques. Karen m'a dit de préparer le terrain en le rendant le plus plat et le moins épais possible:

Voici le trou creusé par Sugar. Je devais le remplir pour que tout soit au niveau:

L’offre de Karen d’obtenir les matériaux était non seulement un cadeau généreux, mais l’achat de 500 briques chez moi n’était pas facile non plus. Elle a dû arrêter de les charger à 400 heures lorsque les passages de roue de la Volvo ont commencé à devenir dangereusement bas. Dieu merci, mes gentils voisins, Billy et Gregory, ont apporté leur aide pour ramener les briques sur notre site de construction.

Ensuite, Karen m'a montré les nombreux motifs que nous pouvions créer avec les briques et j'en ai choisi un qui me plaisait (celui de gauche):

Elle m'a appris à étaler le sable, puis à poser les briques, en me montrant à quel point elles étaient proches et en s'assurant que rien ne bouge:

C'est jusqu'où nous sommes allés. Nous finissons ensuite la fin de la queue, puis nous brossons des sacs de sable sur le dessus pour combler les fissures de manière uniforme (et du gravier pour remplir les grands espaces latéraux - oui, j’ai découvert que ma maison et mon planteur ne sont pas tout à fait droits).

Le cadeau de Karen était si brillant parce que non seulement elle m’a offert quelque chose dont j’avais besoin pour durer des années, mais elle a également pris le temps de me montrer comment faire. J’ai maintenant des connaissances qui dureront pour toujours. Je suis ravi de terminer ce projet et de commencer à cueillir une autre partie de ma petite forêt.

Le sucre, naturellement, a maintenant pris l'habitude de dormir dans les planteurs:

Part

Laisser Un Commentaire