Jeffrey Cross
Jeffrey Cross

Piratage d'un violoncelle dans un sac à dos

En tant que violoncelliste du groupe Wave Cabaret, Feline & Strange, je voyage beaucoup, et c’est principalement par avion, car je suis basé à Berlin, en Allemagne. Depuis 2014, nous avons enregistré et produit aux États-Unis et fait des tournées en Amérique du Nord et en Europe.

Le transport d'un violoncelle nécessite des précautions particulières, même par rapport à d'autres instruments de musique. C’est bien plus gros qu’une guitare, beaucoup plus fragile qu’un trombone, généralement beaucoup plus précieux qu’un ensemble de batterie, et c’est historiquement irremplaçable. De plus, il est livré avec un arc et une épingle d’un demi-mètre de long en métal, ce qui, techniquement, compte comme une arme aux yeux de la TSA!

Avant de partir pour l'Amérique, j'ai toujours emmené mon magnifique vieux violoncelle de concert en voiture ou en fourgonnette sur le continent. On apprend des techniques spéciales d’emballage, de sorte que la caisse du violoncelle était toujours au top et arrivait sans encombre.

Ensuite, les voyages ont atteint une plus grande échelle et les problèmes ont commencé.

Après plusieurs catastrophes avec des violoncelles en location - y compris des barres de basse cassées, des touches éraillées et inégales, un pont renversant au milieu du set et un son dégoûtant pour un prix beaucoup trop élevé - j'ai abandonné et décidé d’apporter mon violoncelle électrique, un SVC Yamaha 50, avec moi quand nous avons voyagé. J'ai trouvé qu'il était non seulement plus facile d'amplifier via la connexion de sortie ligne intégrée (plus un casque séparé pour la surveillance personnelle), mais cela sonnait à merveille, même en studio.

Vous pensez que pour un instrument électrique fabriqué par l’une des plus grandes entreprises du monde, vous trouvez un flight-case?

Nan. Je devais le commander sur mesure, pour un prix respectable.

Le cas résultant était: énorme (1,38 m de haut), lourd (23 kg), très difficile à manipuler même avec des rouleaux de ricin et, bien sûr, c'était un bagage volumineux! Chaque vol était bloqué dans les deux sens lors du changement d’avion à Heathrow ou à Schiphol et arrivait quelques jours plus tard. Avec KLM et Air France, ils ont même fait payer l'excédent de bagage.

À l'intérieur de l'étui, chaque article avait sa place dans la mousse découpée sur mesure. Néanmoins, comme l'affaire a été contrôlée à chaque fois, la TSA a déjà réussi à retirer l'un des archets de son rembourrage et à la replacer ensuite dans l'étui au lieu de la remettre dans sa forme initiale. Ils ont ensuite fermé le dossier avec violence, car il ne serait pas facile de le fermer. Le résultat: l’arc n’a pas seulement déplacé les cordes et le pont (heureusement, j’ai réalisé qu’il était temps de remettre à zéro), mais sa vis aussi s’est cassé (que, malheureusement, je n’ai pas découvert avant de jouer la première chanson du set, et a soudainement tenu un demi-arc sans une grenouille). Heureusement, j'avais préparé un arc de secours.

J'en avais marre.

En rentrant, j'ai vu plusieurs musiciens qui, sans entrave, ont emporté leur violon, leur guitare, leur trompette et leur flûte, dans la cabine comme bagage à main. Je voulais ça aussi!

Je suis un résolveur de problèmes et mon ambition était piquée, alors mon cerveau a commencé à se développer. Au cours de cette transatlantique sans sommeil, j'ai conçu des celli-blow-up, des robot-celli à assembler, un service mondial de location d'instruments, des étuis biologiquement dégradables en mousse dure et, mieux encore, un violoncelle électrique pliable.

J'ai beaucoup d'expérience dans la résolution de problèmes insolubles. En tant qu'outilleur de formation, j'ai le savoir-faire technique. En tant que violoncelliste, je sais ce qui est nécessaire et comment l’instrument fonctionne réellement. J'ai donc commencé à me renseigner spécifiquement auprès des fabricants d'instruments, des joueurs mondiaux aux bricoleurs, et à bâtir mon équipe.

Après seulement 4 mois, j'ai organisé le premier prototype de la base de deux e-celli Yamaha.

La mallette à main de Crumpler contient toutes les pièces du corps du violoncelle et constitue le seul outil nécessaire au réassemblage, une clé Allen. Tous revêtus de ma tenue de scène et des nécessités auxquelles vous vous attendez dans un étui en carton: ordinateur, sous-vêtement d’urgence et brosse à dents. Tous les composants électroniques externes tels que tuner, FX et DI-Box sont fournis par mon FX Floor B3 et conçus à l’origine pour les basses. La surveillance personnelle va toujours de la prise casque à une petite boîte JBL Go qui s’ajuste parfaitement entre le corps du violoncelle et le repose-poitrine et procure une sensation proche du bourdonnement d’un violoncelle acoustique. Pour le chant, j'utilise un casque AKG avec un adaptateur fantôme alimenté par batterie. Je n’ai pas besoin d’un adaptateur supplémentaire pour le violoncelle et le FX, car ils fonctionnent tous les deux via la batterie. Tout cela pèse 9 kg.

Au lieu de métal, les arcs et la goupille sont constitués d'une épingle en carbone Glasser. Je les transporte dans un tube BAM9012 Bow, qui ressemble à un bagage d’architecte ou de peintre, et je n’ai pas encore été interrogé à ce sujet. J'ai fabriqué la minuscule broche en métal détachable et elle est insérée dans la boîte qui contient mes bouchons d'oreilles et est suspendue à mon trousseau de clés.

Le remontage du prototype prend environ 30 à 40 minutes. Ce qui est trop long pour moi! D'autant plus que 15 minutes suffisent pour recâbler les cordes. Remonter le corps n’est guère plus qu’une étagère IKEA, mais ce n’est pas quelque chose que vous souhaitiez faire deux fois par jour.

Je ne désassemble donc le violoncelle que lorsque je prends l'avion. Pendant le voyage, je le garde dans son étui d'origine, qui sert également de bagage d'enregistrement pour tous mes vêtements, marchandises et liquides pendant le vol.

Le prototype m'a bien servi ces deux dernières années et a survécu à l'enregistrement d'albums, à de nombreux spectacles du monde entier et à une bonne session devant un feu de camp.

Mais ce n’est pas la fin.

Je suis encore en train de progresser, visant un instrument qui non seulement sonne et ressemble à un vrai violoncelle, mais se plie et se replie en quelques secondes sans perdre la tension des cordes. Si ce projet est possible, vous gagnerez encore plus d’espace et de temps pour l’emballage. En outre, il devrait intégrer les fonctions électroniques maintenant stockées dans les effets de parole.

Pour le moment, je construis une plus grande équipe d'experts internationaux pour m'aider à réaliser ce rêve. Une fois l'équipe mise en place, il y aura du crowdfunding pour ceux qui, comme moi, attendent désespérément un violoncelle de voyage. Je compte organiser le deuxième prototype en un an.

Rester dans la boucle. Inscrivez-vous à la newsletter Feline & Strange, ou passez directement à Patreon et obtenez toutes les étapes de développement en détail.

Part

Laisser Un Commentaire