Jeffrey Cross
Jeffrey Cross

Voir la topographie de la gravure sur bois revit à la vie en un tour de manivelle

ETM: Exploration Through Motion est une machine cinétique Da Vincian qui illustre le tableau «Grand Canyon du fleuve Colorado» de Thomas Moran. Le projet était la finale pour tous les étudiants en Design 1 de l’Université de Philadelphie située à East Falls en Pennsylvanie. Mon équipe était composée de moi-même et de deux camarades de classe, Charles Barilo et Peter Holderith. Chacun de nous avait un ensemble unique de compétences à apporter à la table. En tant qu'étudiant de première année, nous en sommes au début de nos études, mais chacun de nous avait une formation différente. Cela nous a permis de développer un projet avec autant de pièces complexes, tout en respectant les délais.

Dès le lancement du brief, chaque équipe avait un mois pour se rendre au Philadelphia Art Museum et choisir un tableau différent à transformer en dispositif. Lors de la sélection, nous nous sommes assis et avons eu diverses idées sur la façon d'interpréter le tableau. Après une critique en classe, nous avons choisi une idée et l'avons développée.

Une grande partie du travail a débuté à partir de croquis et de recherches sur le canyon lui-même. Nous avons analysé les cartes topographiques et essayé de trouver une section racontant une histoire. Nous avons apprécié le large virage du canyon et avons décidé de nous concentrer sur cette section.

Le développement s'est déplacé vers l'ordinateur (plus particulièrement Adobe Illustrator) où nous avons numérisé la carte. En même temps, nous développions les mécanismes internes qui piloteraient la machine. Nous avons dû examiner nos documents, car ils devaient s’aligner sur ce qui se passait à l’époque de Da Vincian. Ainsi, alors que nous pouvions avoir des engrenages, nous étions limités au type d’engrenages (à aubes ou à la cheville) et au matériau qui les construisait (pas de métal). Divers modèles et prototypes ont été créés avant la date limite.

Au total, 200 heures combinées ont été consacrées à la recherche, à la conception, au développement et à la construction. Sur ces 200 heures, 11 étaient des découpages au laser, 24 des travaux de conception numérique de la carte. 102 pieds de goujon a été utilisé pour créer l'ascenseur de la carte.

Pour voir plus de photos et en savoir plus sur la construction, consultez cette galerie.

Part

Laisser Un Commentaire