Jeffrey Cross
Jeffrey Cross

Plus de 4 000 recharges de stylos vides ont pénétré dans ces repères miniatures

Lorsqu'il était encore étudiant, M. R. Sreenivasulu a commencé à collecter des recharges de stylo auprès de ses amis. Au début, c’était un loisir qu’il s’intéressait beaucoup à l’environnement, mais il a rapidement transformé ce passe-temps en «Say No to Plastic», programme de sensibilisation destiné aux écoles et aux collèges.

L'objectif était de sensibiliser au réchauffement de la planète et au recyclage, mais Sreenivasulu a également mis en place des boîtes de collecte des recharges de stylo usagées. Les recharges de stylo étant en plastique, elles ne sont pas aussi jetables que nous les traitons. Sreenivasulu voulait changer la façon dont les gens pensaient à eux. Les étudiants, a-t-il expliqué, doivent passer par beaucoup de stylos.

Jusqu'à présent, il a collecté plus de 7 000 recharges de stylos usagés dans le cadre du programme. Mais que faire avec eux? Il savait qu'il souhaitait les réutiliser et, comme il s'intéressait à l'architecture et à la construction de modèles, il a décidé de les utiliser pour construire des points de repère.

Il a commencé à faire les sculptures en 2007, travaillant pendant 8 mois pour compléter la tour Eiffel. Depuis lors, il a utilisé 4 150 recharges de stylo usagées pour recréer un certain nombre d'autres monuments: Charminar, Big Ben, Taj Mahal, Tour penchée de Pise, Porte de l'Inde, Seattle Space Needle et le pont du port de Sydney. Et il ne prévoit pas s’arrêter là. Sreenivasulu envisage de recréer tous les monuments du monde à partir de recharges de stylos, un objectif qui pourrait prendre le reste de sa vie et pourrait potentiellement sauver beaucoup de recharges de stylos d’une décharge.

Outre la construction de monuments, Sreenivasulu s’efforce de trouver d’autres moyens de transformer les recharges de stylos usés. Le matériau peut être mélangé avec du ciment pour créer des briques et des pavés pour les allées, par exemple. Le but est de repenser la façon dont nous traitons tous ces objets dits «jetables» en plastique. Vous pouvez voir plus de travail de Sreenivasulu sur sa page Facebook.

Part

Laisser Un Commentaire