Jeffrey Cross
Jeffrey Cross

Impression 3D d'une Aston Martin

Entretien de Yahea Abdulla

Nous avons récemment entendu parler d’un Solidoodler à Auckland, en Nouvelle-Zélande, nommé Ivan Sentch, qui construit une voiture entière à partir de rien avec l’aide de son imprimante Solidoodle, 2e génération 3D. Lorsque nous avons vu des photos de son projet en cours, il était un peu difficile de croire que c’était sa première fois en utilisant l’impression 3D ou que quiconque entreprendrait une tâche aussi gigantesque avec une imprimante 3D de bureau. Laissez l’un de nos utilisateurs dérouter nos esprits. Nous ne savons pas si c’est fou, brillant ou les deux, mais c’est vraiment impressionnant.

Ivan a eu la gentillesse de répondre à nos questions concernant son projet par courrier électronique. Nous avons posté ses réponses dans un format de questions-réponses ci-dessous. Vous pouvez également trouver plus de photos de ce qu’il a accompli jusqu’à présent au bas de la page.

Q: Depuis combien de temps imprimez-vous en 3D? R: Depuis janvier de cette année.

Q: Qu'est-ce que la famille et les amis en pensent? R: Mes frères pensent que je suis fou, mais après le dernier, j’ai au moins cru que je réussirais. Les amis ne comprennent pas l’énormité du projet ou ceux qui le font craignent même de le tenter.

Q: Avez-vous appris sur un Solidoodle ou avez-vous déjà utilisé l'impression 3D? R: Aucune expérience antérieure, même pas liée à distance. L’imprimeur est arrivé vers Noël et j’ai appris depuis le début.

Q: J'ai vu sur votre blog que vous avez mentionné qu'il ne s'agissait pas de votre première réplique. Avez-vous utilisé un moule pour votre voiture précédente? Une impression 3D là-bas? R: Non, le dernier était plus une voiture en kit qu'une réplique, c’est-à-dire qu’il s’agissait d’un kit fabriqué pour passer la voiture d’un donneur, ce qui est relativement simple comparé à ce projet dans lequel je devrai fabriquer à la fois la carrosserie et le châssis. moi même.

Q: Vous n’êtes certainement pas un novice, vous regardez votre travail. Quel est votre parcours professionnel? Utilisez-vous le design et l’impression 3D dans votre vie professionnelle? R: Non, je suis un noob absolu, mais j'apprends vite - je suis programmeur (enfin, je gère maintenant une petite équipe de programmeurs, mais je préfère continuer à travailler comme programmeur… mais j'ai été exposé à la CAO. Depuis que je suis à l’école, je l’utilise depuis 15 ans, mais rarement avec des modèles 3D et jamais à ce niveau de complexité.

Q: C’est l’un des plus gros projets que nous ayons vu avec une imprimante 3D de bureau. Est-ce un passe-temps extrême ou un projet professionnel? Quelle est votre motivation? R: Le projet me trotte dans la tête depuis 6 ans. Je l'aurais commencé plus tôt, mais j'ai récemment eu des enfants (3 ans et un an) et j'ai donc dû mettre ce genre de passe-temps fastidieux de type projet. en attente. Mais en disant cela, l'impression elle-même ne prend pas beaucoup de temps (cliquez sur quelques boutons pour en lancer un avant d'aller au travail et un autre avant d'aller au lit) et préparer les prochaines impressions ne prend que quelques heures. une semaine - c’est vraiment le ponçage des pièces imprimées avant de les coller qui prend beaucoup de temps (et terriblement ennuyeux).

Ce type de projet n’est pas inhabituel, mais les gens utilisent généralement le plug-in, découpé dans de la mousse. On m'avait dit qu'il fallait compter entre 12 000 et 15 000 dollars NZD pour une fiche découpée au CNC, ce qui a presque anéanti l'idée du projet, mais j'ai quand même eu l'idée de considérer l'impression 3D comme une solution de rechange et, après avoir effectué des recherches, me coûter 2 000 dollars en plastique et le coût de l’imprimante, que je peux utiliser pour d’autres tâches, telles que la réalisation d’une réplique, etc.

De plus, avec l’impression, je pourrais faire les portes, le capot, le coffre, le tableau de bord en bouchons séparés, ce qui rendrait une coque meilleure (ou du moins plus facile).

Q: Quel logiciel d’impression 3D et quel logiciel avez-vous utilisé pour la CAO, le découpage en tranches, l’impression, etc.? R: J’utilise Autodesk 3DS Max pour le découpage. J’ai utilisé AllyCad (un simple programme de CAO gratuit) pour imprimer les formes MDF sur papier. C’était plus simple avec cela que avec 3DS Max.

Q: Combien d’impressions sur votre SD2 faudra-t-il une fois l’ensemble de votre fiche complet pour faire un moule? R: Les empreintes correspondent à un bouchon dont je vais tirer un moule (en fibre de verre). Le nombre total d’impressions pour le bouchon est donc environ 500 fois, chacune contenant en moyenne cinq sections de 100 mm x 100 mm.

Q: Je vois que vous avez réellement commencé le 25 décembre 2012. Où en êtes-vous pour terminer le plug à ce jour? Vous le documentez très bien dans les mises à jour de votre blog. R: Il ne me reste que 28% du corps à imprimer et le tiret. J'aime mesurer les progrès en m², tout en haut est de 18,5m² à imprimer (botte: 1m², bonnet: 1,5m², porte 1,5m² (x2), tiret: 2m² et le corps: 11m², une bobine de 1 kg fait 0,26m² et je J'utilise 2 fois par semaine en moyenne, ce qui fait que j'ai déjà imprimé 13,42 m².

Je devrais préciser que ce n’est que l’impression, il me faudra des mois de travail sans fin une fois tout assemblé avant de prendre un moule (application de mastic auto-remplissant, ponçage, répétition jusqu’à ce que tout soit vrai, puis ponçage avec du papier abrasif de grain 400 à 600 à 1000 jusqu’à ce qu’il ait une finition vitreuse puis appliquer une préparation de moule et poncer à nouveau avec 1000).

Q: Quelque chose sur l’impression 3D ou sur ce projet que vous voudriez que je mentionne? R: On me pose souvent la question de savoir pourquoi j'ai choisi une Aston Martin DB4 normale au détriment du plus célèbre DB5 ou du plus célèbre et précieux DB4 Zagato (ou de toutes les possibilités qui s'offrent à lui). J'aime les vieilles voitures, mais la plupart de celles que j’aime bien n’étaient que des voitures 2 places et, maintenant, avec les enfants, je ne peux plus l’utiliser (mon kit GTO ne s’utilise presque plus). Je suis donc parti avec une vieille Aston Martin (2 + 2 places) parce qu'elle est vraiment très cool et une DB4 parce que j'aime plus son look… Mais je vais opter pour le look GT léger (sans pare-chocs) .

Q: Trucs du métier? R: J’ai trouvé que la meilleure méthode d’impression (du moins pour les grands imprimés maigres comme le mien) consiste à poser une feuille de verre renforcée à la chaleur au-dessus du lit et du ruban adhésif Kapton par-dessus, ainsi que du fixatif pour cheveux. La bande de Kapton colle mieux au verre qu'à l'aluminium et la bande de Kapton + fixatif capillaire colle les impressions au lit 99,9% du temps. J'ai trouvé que 95 ° C est la meilleure température pour le lit.

Nous avons posté plus de photos de son projet ci-dessous. Merci à Ivan Sentch d'avoir partagé son projet avec nous. Vous trouverez plus d’informations sur le projet de répliques d’Ivan avec des images et des mises à jour sur son blog: replicadb4.com.

Reblogué avec la permission de Solidoodle.


Yahea Abdulla gère les relations publiques chez Solidoodle, une société d’imprimantes 3D basée à Brooklyn, New York. Son travail préféré consiste à découvrir les incroyables façons dont les clients utilisent l’impression 3D. Sa plus grande réussite en impression 3D est le dessous de verre sur son bureau.

Part

Laisser Un Commentaire